Principes

A la base, les fanfares ont permis de s'emparer d'une culture réservée, d'ouvrir les portes de la musique aux classes populaires, de s'approprier des répertoires et de les rafraîchir.

Et puis, il y a  eu              la Fanfare de Ghoy.

C'est toujours de la musique en amateur, mais c'est plus agité, plus improvisé, plus interactif.

Amateur est ici à entendre dans le sens le plus noble du terme. Les gens se font plaisir en jouant de la musique. Ils ne sont pas rétribués.

Les membres de la fanfare sont relativement jeunes et si, comme les fanfares classiques, la fanfare de Ghoy se produit dans les fêtes et les événements locaux elle s’adresse aussi à un public plus jeune qui est d'abord attiré par l'aspect festif de l'événement.

Répertoire ...

Les fanfares jouent principalement des pièces classiques adaptées, soit des pièces de fanfares, soit des morceaux de musiques classiques retranscrites pour la fanfare. Mais à Ghoy, on puise aussi partout dans la musique d'aujourd'hui, dans la pop ou les musiques ethniques.

... et formation

La formation dispensée par la fanfare reste traditionnelle, les cours de solfège sont organisés à l'attention des participants plus jeunes ou plus récents. Ensuite, les futurs musiciens reçoivent, gratuitement, leur instrument et la formation pour en tirer le plus de joie possible.

C'est une manière de pérenniser nos membres et aussi de perpétuer la tradition.

Dès qu’ils ont un bagage musical suffisant, ils sont incorporés d’abord dans la « petite fanfare » qui leur permet d’appréhender le « jouer ensemble » et puis ensuite dans la fanfare où des musiciens chevronnés les adoptent et les guident.  De cette façon, ils se forment progressivement et s’intègrent très facilement.

La fanfare essaye d’avoir  une démarche beaucoup plus "interactive" avec le public. Il est prié de participer. Il fait partie du spectacle.

Un lieu d'émancipation

Historiquement, la fanfare était un lieu d'émancipation, un lieu qui ouvrait l'accès à la musique pour des gens qui n'en avaient pas les moyens. La musique ne faisait partie que de la bonne éducation bourgeoise. Les fanfares mettaient cette pratique à la disposition de classes sociales moins favorisées.

A Ghoy, la fanfare qui je vous le rappelle porte le nom « Avenir » ne se contente pas de donner une formation musicale, c’est aussi un lieu de vie, d’écoute et de soutien surtout pour les plus jeunes qui apprennent à « vivre ensemble ». 

Issus de tous les horizons, nos musiciens aiment se retrouver et partager de bons moments.

Date de dernière mise à jour : 30/05/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site