Historique

 

1. L’histoire

La fanfare Royale « L’AVENIR » de Ghoy a été fondée le 15 février 1877 par François PLAITIN qui en fut le premier président. Lui ont succédé René PLAITIN, Louis CHANOINE, Fernand TRIFIN, Jean TRIFIN et de 1998 à ce jour Philippe TRIFIN. Six présidents en 125 ans d’existence, c’est une belle preuve de stabilité.

Elle a été dirigée successivement par Messieurs DELEER, BROTCORNE, Georges DESTREBECQ, Louis LEJEUNE, Noël BUSQUIN de 1950 à son décès. Depuis 1994, c’est Joseph CRIQUILLION qui tient la baguette avec autant de virtuosité que ses prédécesseurs.

A sa création, elle portait le nom de Société des Fanfares l’Avenir. Les premiers comité et statuts ont été renouvelés au cours du mois de juin 1919. On trouve d’ailleurs dans ces derniers une note humoristique puisqu’ils prévoyaient des amendes en cas d’absence des musiciens aux sorties et répétitions.

La disparition des archives relatives à cette époque fait cruellement défaut pour établir l’historique complet de la société. On suppose qu’elle est devenue «Royale» après cinquante ans d’existence soit en 1927. 

C’est grâce à des affiches anciennes, retrouvées récemment, que nous avons appris que le village de Ghoy avait 2 phalanges musicales en 1930. La musique était un pôle d’intérêt dans ce village qui comptait moins de 500 habitants à l’époque. On peut presque assurer que chaque famille avait un musicien parmi ses membres.

De 1927 à 1940, la société a toujours maintenu ses activités. Interrompues de 1940 à 1945, celles-ci ont repris dès la fin de la guerre. En 1952, elle a fêté les 75 années de son existence. C’est à ce moment et à l’initiative de Monsieur Julien LOIX, brasseur à Flobecq, que les musiciens ont été dotés d’un képi.

En 1960, suite au décès de plusieurs membres, le comité a été renouvelé et en 1961, la société s’est fait un devoir de remplacer son drapeau, celui-ci existant depuis 1895. Le 14 mai 1961, ce nouvel emblème a été inauguré. En 1963, le local de l’époque a été doté d’une salle pour les répétitions. Le costume complet des musiciens n’a été acquis qu’en 1980 et renouvelé en 1992.

En 1996, les statuts ont été complètement refondus et un comité rénové a été installé. On y trouvait MM. Jean TRIFIN, président, Jean VAN WYMERSCH, Roger COGNET, vice-présidents, José FAGNARD, secrétaire, Léon WALLEMACQ, trésorier, Eric LABIAU, trésorier-adjoint, Alain COTTON, Willy DECLERCQ, Yvon LABIAU, Manu TRIFIN, Raymond COUVREUR, Luc COTTON, membres.

Depuis, les aléas de la vie ont modifié ce comité. En effet, le président à cédé sa place à son fils Philippe TRIFIN, le secrétariat à été confié à Nicole VAN WYMERSCH et de nouveaux membres sont apparus : Jean-François Trifin, Xavier DUMONT.

Les tâches administratives sont devenues plus nombreuses et l’Administration Communale de Lessines a reconnu l’existence de la Fanfare en lui allouant depuis 1999 un subside annuel.

2. La Vie de la Fanfare

A ses débuts, la fanfare comptait une bonne vingtaine de musiciens. Ceux-ci recevaient quelques notions de solfège à l’école mais apprenaient la musique surtout par eux-mêmes, aidés par le chef de pupitre qui était maître de solfège et par des instituteurs.

A cette époque, elle animait les kermesses de hameaux (Stoquoit, Solbreucq, Longpont) et la fête de la Sainte - Cécile.

Cependant, elle a parfois effectué des prestations en dehors du village ainsi qu’en attestent des médailles souvenirs.

On trouve notamment trace de son passage en 1900 à la fête communale de Flobecq, en 1907 à Wodecq, en 1909 à la bénédiction du drapeau de la fanfare Saint-Antoine à Papignies, en 1924 au festival de Saint-Josse-Ten-Noode, en 1947 au Tournoi Provincial à Ath, en 1957 au 200eme anniversaire de la Fanfare Royale Saint-Cécile de Ghislenghien. Elle a aussi pris part à des fêtes prestigieuses comme le festival communal d’Anvers en 1963 et plus récemment aux fêtes Breugheliennes de Bruxelles en 1983.

Le nombre de musiciens composant la phalange est resté stable au cours des années. L’organisation de ses diverses sorties et activités a toujours trouvé dans le village une réponse favorable.

Et comme elle est restée la seule société musicale dans le village, elle apporte un point d’honneur à répondre à toutes les demandes de participation qui lui sont proposées par les autres sociétés ou organisations du village et de l’entité.

La fanfare continuera certainement sur sa lancée et veillera à rester attractive pour renforcer l’intérêt des musiciens et aussi celui du public.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site